Bande-dessinée - historique

Irena, tome 3 : Varso-vie • Jean-David Morvan, Séverine Tréfouël, David Evrard et Walter

44519455_2161774167408994_5488449518267531264_n.jpg

Troisième tome de la saga Irena, c’est dans l’après-guerre que les auteurs nous plongent cette fois-ci. Ce fut à nouveau une excellente lecture que je ne peux que vous recommander, pour sa portée humaniste et mémorielle.

Résumé-01

1947. Bien que l’Allemagne nazie soit tombée, le cauchemar pour les Juifs d’Europe n’est pas terminé. Persécutés par les communistes, abandonnés par les Alliés, leur route vers la terre promise d’Israël a encore des allures de long calvaire… Cette réalité, la jeune Oliwka la découvre brutalement lorsqu’on lui apprend qu’elle avait été confiée, encore bébé, à une famille adoptive pendant la guerre. Que sa véritable identité avait été changée pour échapper aux nazis. En réalité, elle s’appelle Astar Berkenbaum. Elle est juive. Et comme des milliers d’enfants, elle ne doit la vie sauve qu’à une femme : Irena Sendlerowa.

Ce que j'en pense-01

L’entrée en matière de ce troisième tome diffère des deux précédents. La guerre est terminée depuis deux ans et la Pologne demeure sous le règne soviétique. On est en Israël. Une jeune femme assiste à une commémoration. Elle s’appelle Oliwka. Autrefois, elle était Astar Berkenbaum. C’est une enfant sauvée par Irena Sendlerowa, une enfant qui va raconter son histoire et nous replonger dans le passé, quelques années en arrière.

44412589_330775714400220_2297451901542727680_n

Varso-vie nous ramène dans le passé pendant les années de détention d’Irena. La torture quotidienne pour qu’elle livre les noms de ses complices, les camps de concentration, son quotidien ainsi que celui de ces codétenues, les exécutions sommaires. Son évasion et l’après-guerre, l’après-ghetto, une fois sa disparition. La dangerosité du quotidien pour les polonais juifs malgré la fin de la guerre. Ce troisième tome retrace ce dénouement qui ne laissait pas pour autant plus de sécurité aux juifs et le retour à la réalité.

44526570_170481233888399_4688257004618121216_n

J’ai trouvé ce troisième tome plus sombre, plus dur que les deux premiers. Le travail de documentation est toujours aussi précis, les auteurs ne cachent rien des horreurs de cette épuration ethnique, des tortures, des conditions de vie et de morts de certains polonais. Les dessins, même si le trait est souvent doux, montre l’horreur : des vieillards qui meurent de faim ou de froid, les exécutions, la torture. C’est un ouvrage émouvant et dur, qui met en lumière des faits historiques et politiques dont on parle finalement peu ou pas assez.

Séprateur-01

Un troisième tome plus sombre, plus dur qui retrace la fin de la guerre et les conditions de détention d’Irena Sendlerowa en prison. Bien que la guerre soit terminée, Varso-vie montre que les polonais juifs n’étaient pas pour autant en sécurité et que le combat humaniste que mène Irena n’était pas fini.

Excellente lecture-01

Un commentaire sur “Irena, tome 3 : Varso-vie • Jean-David Morvan, Séverine Tréfouël, David Evrard et Walter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s