Historique

Une soif de livres et de liberté • Janet Skeslien Charles

Quand les édition JC Lattès m’ont proposé de découvrir ce roman, je n’ai pas hésité une seule seconde ! Non seulement il faisait partie de ces parutions que j’avais très envie de découvrir mais en plus, le résumé promettait une histoire pour les amoureux des livres durant la seconde guerre mondiale et il ne m’en a pas fallu davantage pour me laisser convaincre.

Odile Souchet, vingt ans à peine, s’épanouit dans son travail à la Bibliothèque américaine de Paris, où elle côtoie la fameuse directrice Dorothy Reeder. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, la jeune femme risque de tout perdre, y compris sa chère Bibliothèque. Alors que les nazis envahissent Paris, Odile et ses amis s’engagent dans la Résistance avec leurs propres armes : les livres. Inspiré de la vie de ces amoureux des mots qui ont pris le risque d’aider leurs lecteurs juifs, Une soif de livres et de liberté explore la géographie des sentiments, les conséquences de choix irréversibles et nous enseigne comment le courage peut surgir en des lieux et circonstances inattendus.

Le premier élément qui m’a surprise dans cette histoire, c’est l’alternance entre deux époques, les années 40 pendant la seconde guerre mondiale et les années 80. Le résumé ne faisait nulle mention de cette construction et je m’attendais vraiment à un récit qui se déroule exclusivement dans le passé. Cela a, je pense, fortement contribué à ma déception concernant la partie « présent » qui n’a malheureusement pas su me toucher et j’ai bien davantage aimé l’histoire d’Odile. Passionnée de lecture, elle va intégrer peu avant la déclaration de guerre, la Bibliothèque américaine de Paris. C’est son rêve depuis des années, devenir bibliothécaire et travailler dans ce prestigieux établissement.

Après mon service, je me précipitai vers la Bibliothèque, où j’aspirai avec délice le parfum divin des livres. Mon cœur tambourinait de bonheur dans ma poitrine, j’étais soulagée d’être revenue chez moi.

Odile est une jeune femme qui se veut indépendante et son travail représente à ses yeux toute cette liberté qu’elle rêve d’acquérir. C’est un pur bonheur, en tant que passionnée de lecture, de lire son amour pour la littérature. Alors que les allemands débarquent à Paris, elle va continuer à s’y rendre chaque jour, malgré le départ de certaines de ses collègues et amies américaines, luttant à son échelle contre la montée du nazisme et l’antisémitisme, grâce aux histoires, aux livres et à leur pouvoir. On va véritablement vivre le contexte historique avec les différents personnages présentés, l’évolution de la situation en France, les craintes des parisiens et habitants. L’autrice fait planer sur son récit une certaine tension, presque étouffante qui demeure pourtant assourdie par les murs de la bibliothèque. Entre les rayonnages, l’amour des livres prend le dessus.

Ce n’est pas une histoire qui abordera la question des camps ou même des déportations massives et de tous les aspects qu’on retrouve majoritairement dans les romans qui traitent de la seconde guerre mondiale. Elle montre le courage du quotidien, de ceux qui ont tenté à leur échelle de sauver autrui par des actes tels que résister en apportant des lectures censurées à des abonnés de bibliothèque interdits d’accès. Cette partie dans le passé m’a véritablement passionnée, j’ai énormément le personnage d’Odile ainsi que ses amies, que ce Bitsi et Margaret, leur courage et leur force mais également, Madame Reeder, la directrice de la Bibliothèque américaine et son immense sagesse.

La Bibliothèque est mon refuge et mon havre de paix. Je parviens toujours à y dénicher un coin qui devient le mien, pour y lire et y rêver. Je veux m’assurer que tout le monde puisse profiter de la même chance, en particulier les gens qui se jugent différents et ont besoin d’un lieu, un foyer qu’ils pourront appeler leur chez-eux.

J’ai été, en revanche, beaucoup captivée par le récit de Lily, dans le Montana des années 80, bien qu’elle fasse lien avec notre héroïne du passé, puisque l’adolescente va chercher à percer le mystère de sa voisine, Mrs Gustafson, qui n’est autre qu’Odile Souchet. Certains aspects sont certes émouvants mais je ne me suis pas attachée à Lily, j’ai eu le sentiment qu’elle était en trop. A chaque fois que les chapitres alternaient, je n’avais qu’une hâte : revenir dans le passé. Ce roman délivre un beau message d’espoir, de pardon, de résilience malgré tout et j’y ai été très sensible.

Une histoire qui a su me toucher par toute la dimension historique qu’elle présente, par son contexte et tous les messages d’espoir, de résistance, de pardon qu’elle délivre. Son héroïne m’a émue et je l’ai énormément aimée. Pour tous les amoureux des livres, pour tous ceux qui croient en leur pouvoir, ce roman est fait pour vous.

2 commentaires sur “Une soif de livres et de liberté • Janet Skeslien Charles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s