Feel-good book

La maison d’hôtes • Debbie Macomber

Même si cette saga me tente depuis un petit moment, c’est parce que je dois lire le cinquième tome dans le cadre de l’aventure des Lectrices Charleston que je m’y suis intéressée de plus près.

Après la mort tragique de son mari, Jo-Marie décide de changer de vie, et reprend une maison d’hôtes à Cedar Cove, la Villa Rose. Un roman feel-good sur les destinées féminines et les nouveaux départs, à lire bien douillettement sous sa couette, avec des personnages qu’on rêverait d’avoir comme amis, dans une ville où l’on aimerait vivre, et une intrigue délicieusement captivante.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est ce-que-jen-pene.jpg

Dès les premières pages, La maison d’hôtes nous entraîne au cœur d’une atmosphère doudou et chaleureuse. On y suit Jo Marie, récemment veuve, qui décide de changer de vie pour se reconstruire suite au décès de son mari. Elle s’établit à Cedar Cove, petite bourgade et, sur un coup de tête, reprend les reines d’une maison d’hôtes. C’est une héroïne qui m’est aussitôt apparue comme attachante, elle dégage en effet beaucoup de tendresse, de chaleur et c’est avec plaisir qu’on apprend doucement à la connaître.

Si je pensais au départ que l’histoire allait simplement suivre Jo Marie, on découvre en réalité d’autres personnages secondaires, Abby et Josh, qui logent à la maison d’hôtes. Tous deux originaires de Cedar Cove, ils ont quitté la bourgade il y a des années et sont de retour pour des raisons personnelles et familiales. Jo Marie découvre alors que chacun a son lot de problème à surmonter et qu’elle peut être un pilier pour ses locataires.

Cette histoire est aussi légère et doudou que possible, c’est un récit réconfortant comme on aime en lire pour se remonter le moral. Impossible d’être triste ou déprimé en ouvrant La maison d’hôtes ! L’autrice a su créer des personnages faillibles, loin d’être manichéens, qui nous montre que tout n’est pas tout noir ou blanc, que le pardon est source d’apaisant et que la culpabilité ronge plus qu’elle n’aide à traverser les épreuves. Ce roman est un feel-good apaisant dans lequel on se laisse emporter avec facilité et bonheur.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est separateur-livre.png

Une histoire qui a autant d’effet qu’un feu de cheminée un soir d’hiver, à la fois réconfortante et chaleureuse, dans laquelle on se laisse emporter avec bonheur. Les personnages sont attachants et j’ai passé un bon moment de lecture en leur compagnie.

2 commentaires sur “La maison d’hôtes • Debbie Macomber

  1. Que j’aime les lectures réconfortantes, c’est vrai qu’il me tente beaucoup, et j’adore les romans en lien avec les maisons d’hôte, les gîtes et compagnie je trouve ça tellement apaisant. Est-ce normal que je ne vois plus les photos sur ton blog ? En tout cas je le lirai aussi je pense, mais je ne sais pas si je serai à jour pour le tome 5, gros bisous

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s