Jeunesse

Anne d’Avonlea • Lucy Maud Montgomery

Après mon coup de cœur pour Anne de Green Gables, je ne souhaitais pas faire patienter plus longtemps Anne d’Avonlea dans ma pile à lire. J’ai profité de l’automne, des jours remplis de grisaille et de pluie pour me plonger dans ce deuxième tome, si réconfortant et merveilleux.

À la mort de son père adoptif, Anne renonce à ses études pour se consacrer à l’enseignement. Institutrice à l’école d’Avonlea, elle exerce son métier avec fougue et passion. Mais l’arrivée de deux jumeaux, orphelins eux aussi, va troubler sa sérénité car ils vont lui en faire voir de toutes les couleurs.

Tourner les premières pages et avoir le sentiment de retrouver une amie

Lu l’été dernier, Anne de Green Gables compte parmi mes plus belles lectures de 2021. La découverte de ce classique de littérature jeunesse a été totale et à la fois envoûtante et merveilleuse. Anne est une jeune femme solaire, lumineuse qui dégage une grande sensibilité au contact de son environnement, de la nature et des personnalités qui gravitent autour d’elle, s’émerveillant d’un petit rien qui devient la beauté. C’est une héroïne qu’on ne peut qu’apprécier, voire admirer, pour sa grandeur d’âme, sa créativité et son imagination débordante. En commençant à lire le deuxième tome de cette saga, j’ai eu cette agréable sensation de retrouver une amie, que j’avais quittée il y a quelques temps.

Une nouvelle institutrice à Avonlea

Sans dévoiler plus que ce que le résumé ne le fait déjà, Anne a dû dire adieu à Matthew à la fin d’Anne de Green Gables, un homme qu’elle considérait comme son âme-sœur selon son appellation et qui faisait office de père adoptif depuis qu’il l’avait recueilli avec Marilla à Green Gables. Tandis qu’elle vit son chagrin, elle décide de renoncer à ses études pour devenir institutrice à Avonlea. C’est un métier qui n’aurait pas pu mieux lui correspondre tant on la voit s’épanouir au contact des enfants. Soucieuse de les accompagner au mieux dans leurs apprentissages, Anne va s’interroger, se remettre en question et évoluer auprès de ses élèves. Cela amène davantage de sagesse dans la personnalité de la jeune femme, bien qu’elle ne se départît pas de sa maladresse légendaire et de son imagination sans limite.

Une plume poétique pour une histoire douce

Pour la deuxième fois en me plongeant dans les aventures d’Anne, j’ai le sentiment d’être enveloppée dans une histoire mélancolique et douce. Comme si j’étais bercée par la personnalité si lumineuse de cette jeune fille attendrissante. La plume de l’autrice est remplie de joie, de nostalgie mais aussi de poésie et de tendresse. Elle se nourrit des petits bonheurs d’Anne, de ses déceptions et de ses doutes mais aussi de ses grandes émotions. Je n’ai jamais eu autant le sentiment que l’héroïne prenait vie sous la plume de son autrice qu’en lisant cette saga classique.

Anne d’Avonlea nous présente une jeune femme plus sage, plus adulte, bien que ne se départant pas de sa personnalité lumineuse, solaire et maladroite. C’est une nouvelle fois un véritable moment de bonheur que celui de se retrouver en sa compagnie, de partager son quotidien, de la voir grandir et évoluer. La plume de l’autrice est à la fois poétique et douce ; et elle m’a à nouveau complètement transportée.

Un commentaire sur “Anne d’Avonlea • Lucy Maud Montgomery

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s